Follow

Ce week-end, j’ai eu l’honneur de pouvoir faire équipe avec deux amis au concours de programmation compétitive où nous avons représenté l’université de Montpellier. Il était organisé par Telecom Paris sur leur nouveau campus de Palaiseau au sud de Paris. Pour cette troisième participation à l’épreuve, nous sommes parvenus à nous hisser à la 45ᵉ place parmi les 95 équipes concourantes.

Le SWERC est une épreuve régionale qualificative pour l’ durant laquelle, pendant cinq heures, des candidat·e·s s’attaquent en équipes de trois à une dizaine de problèmes d’algorithmique de difficulté variable. Pour résoudre un problème, une équipe doit comprendre quels principes lui sont sous-jacents, concevoir un algorithme pour le résoudre efficacement et l’implémenter.

Show thread

Petite particularité : chaque équipe concurrente ne dispose que d’un ordinateur pour trois et est seule, sans accès à Internet, pour l’intégralité du concours. L’histoire de l’ICPC remonte aux années ’70 ce qui en fait l’un des plus vieux concours d’informatique. À l’époque, les participants programmaient en Fortran sur des cartes perforées…

Show thread

J’ai beaucoup appris au cours de mes participations au concours, je suis de fait convaincu de l’intérêt pédagogique de la pratique de la programmation compétitive. Pour s’entraîner à débroussailler des problèmes et à identifier les techniques algorithmiques pertinentes. Pour s’exposer à de nouveaux concepts mathématiques et informatiques. Pour pratiquer la programmation et le travail en équipe. Pour réseauter. Et bien d’autres choses.

Show thread

Au cours des prochains jours, je vais donc passer en revue sur ce fil les douze problèmes auxquels nous avons été confrontés pendant cette édition du concours et ce qu’on peut en retirer !

Show thread
Sign in to participate in the conversation
Social

The social network of the future: No ads, no corporate surveillance, ethical design, and decentralization! Own your data with Mastodon!